Cadre général pour les protocoles d’échange

Le groupe de travail 2 (protocoles d’échange) du Cluster BIM et du CT BIM & ICT établit en ce moment même un guide consacré au protocole BIM au niveau projet. Dans un premier temps, un cadre général ainsi que les éléments y figurant ont été définis. Les informations qui suivent illustrent l’état d’avancement actuel du groupe de travail. Le contenu ci-dessous évoluera et s’enrichira donc progressivement.

1. COLLABORATION

Pour obtenir un résultat de qualité, il faut veiller à ce qu’il y ait une bonne collaboration entre les divers partenaires du projet.

MAITRE D’OUVRAGE

EQUIPE DE CONCEPTION

EQUIPE DE CONSTRUCTION

EQUIPE DE GESTION ET D’ENTRETIEN

Pour ce faire, les différents intervenants doivent pouvoir communiquer entre eux et parvenir à trouver des accords. Bien que la façon de collaborer diffère d’un projet à l’autre, deux lignes principales peuvent être discernées en fonction du type de contrat : un contrat traditionnel et un contrat intégré. Idéalement, dans un cas comme dans l’autre, tous les partenaires du projet devraient travailler ensemble dès le début. Cependant, dans la pratique, s’il s’agit d’un contrat traditionnel, l’entrepreneur n’interviendra qu’en cours de projet.

CONTRAT TRADITIONNEL

CONTRAT INTEGRE

2. LE BIM AU NIVEAU DU PROJET

2.1 PLAN D’IMPLEMENTATION DU BIM

Afin d’implémenter le BIM dans une entreprise, il est possible de créer un plan d’implémentation reprenant les actions devant être menées à cet égard au sein de l’entreprise. Etant donné que ceci se fait au niveau de l’entreprise (et que ce n’est pas nécessaire pour pouvoir participer à un projet BIM), le groupe de travail ne va pas s’y attarder. Il convient toutefois de signaler que la méthode de travail interne utilisée habituellement au sein de l’entreprise peut être décrite dans le plan d’implémentation et utilisée dans un projet afin de trouver des accords entre les partenaires.

3. LE BIM AU NIVEAU DU PROJET

3.1 VISION ET OBJECTIFS DU MAITRE D’OUVRAGE

Au commencement d’un projet, le maître d’ouvrage doit stipuler le résultat souhaité ainsi que ses objectifs et/ou ses exigences. Ces renseignements, ainsi que les spécifications liées à la diffusion des informations et le programme des exigences, sont introduits dans un document spécifique à la demande du maître d’ouvrage ou par le maître d’ouvrage lui-même. Ce document sera ensuite annexé au contrat.

3.2 PROTOCOLE BIM

Outre les objectifs du maître d’ouvrage, le contrat doit comporter d’autres accords et attentes relatifs au BIM. Ces accords sont retranscrits dans un document qui sera intégré au contrat. Ce document s’appelle alors (provisoirement) ‘protocole BIM’. En cas de contrat intégré, ce protocole sera établi par et pour l’équipe entière chargée du projet, tandis qu’en cas de contrat traditionnel, il l’est uniquement par le maître d’ouvrage ou l’équipe de conception. Ce protocole sera ensuite transmis sous la forme d’une exigence aux autres partenaires (l’entrepreneur, par exemple).

3.3 PLAN D’EXECUTION BIM

Afin d’assurer une collaboration aussi efficace que possible, de nombreux accords ‘évolutifs’ sont nécessaires. Il s’agit d’accords pouvant évoluer durant le processus de construction et ne devant pas être fixés contractuellement. Ceux-ci sont rassemblés dans un document ‘vivant’ pouvant être régulièrement (du moins à chaque grande étape) évalué et adapté. Dans un contrat intégré, ce document est réalisé par l’équipe complète en charge du projet. Dans un contrat traditionnel, une distinction peut être faite entre la phase de conception et la phase d’exécution. Durant la première phase, l’équipe de conception réalise le plan d’exécution. Durant la seconde phase, lorsque les entrepreneurs sont connus, cette tâche revient à l’équipe en charge du projet (il est alors possible de continuer à travailler sur le document réalisé durant la phase de conception). Ce document porte (provisoirement) le nom de ‘plan d’exécution BIM’. Il est également recommandé de reprendre les accords de collaboration entre les entrepreneurs principaux et les sous-traitants dans ce plan d’exécution BIM.

3.4 BONNE PRATIQUE

Le plan d’exécution BIM peut être réalisé en se basant notamment sur un guide de bonne pratique expliquant comment une maquette BIM devrait être conçue (convention de modélisme) et comment les éléments devraient être mesurés (conventions de mesurage). Ceci étant très important pour la communication entre les partenaires de la construction, le groupe de travail y accordera une attention particulière. Ainsi, ce guide de bonne pratique tiendra compte des différents corps de métier (tant en ce qui concerne la conception que les vues de la maquette).

3.5 APERCU

Le tableau ci-dessous livre un aperçu des différents documents relatifs à des projets BIM. Ce groupe de travail portera son attention sur le protocole BIM et le plan d’exécution BIM.

3.6 CONTENU

Bien que le contenu puisse être développé davantage au sein du groupe de travail, certains thèmes essentiels ont déjà pu être relevés. Voici un aperçu des différents documents dans lesquels ces thèmes doivent être abordés.

VISION ET OBJECTIFS DU MAITRE D’OUVRAGE

  • Spécifications de diffusion des informations
  • Programme d’exigences
  • Objectifs du projet
  • Planification et organisation générales du projet
  • Eventuelles exigences pour le CDE (Common Date Environment)

PROTOCOLE BIM

  • Informations relatives au projet
  • Concordance du projet avec la vision et les objectifs du maître d’ouvrage
  • Déclaration des intentions/ambitions
  • Tâches et responsabilités
  • Aspects juridiques (responsabilité civile, propriété, droit d’usage)
  • Plans du processus (organisation du projet et de l’équipe)
  • Organisation/communication/meetings
  • Risques
  • Gestion des modifications (request for change)

PLAN D’EXECUTION BIM (il s’agit en fait d’une sorte de plan qualité)

  • Organisation/équipes/contacts
  • Plans du processus (plus en détails concernant des échanges et des collaborations spécifiques)
  • Délivrables(documents, dessins, modèles, banques de données)
  • Echange d’informations
  • Contrôle de la qualité
  • Contenu de la maquette (lien vers Guide de bonne pratique)
    • Composition de la maquette
    • Structure de la maquette
    • Exigences pour les éléments
    • Exigences pour les vues thématiques
    • Exigences pour les standards
  • Technologie et aspects liés aux techniques de l’information
    • CDE (environnement de données commun)
    • Outils utilisés
    • Interopérabilité et compatibilité générales
    • Infrastructure IT
    • Communication

 

4. CONCLUSION

Le groupe de travail se consacre actuellement au développement de différents thèmes décrits brièvement ci-dessus. L’objectif est de parvenir à réaliser un guide de bonne pratique général pour l’élaboration des documents cités. Les aspects liés à l’entretien du bâtiment (gestion des installations (FM), …) seront également abordés ici.